Page de garde du livre     

RESUME

Manhattan, Thanksgiving 1945. Artistes, écrivains, musiciens... tout Greenwich Village se presse à la fête organisée par Eric Smythe, dandy et dramaturge engagé. Ce soir-là, sa soeur Sara, fraîchement débarquée à New York, croise le regard de Jack Malone, journaliste de l'armée américaine. Amour d'une nuit, passion d'une vie, l'histoire de Sara et Jack va bouleverser plusieurs générations.

Un demi-siècle plus tard, à l'enterrement de sa mère, Kate Malone remarque une vieille dame qui ne la quitte pas des yeux. Coups de téléphone, lettres incessantes... Commence alors un harcèlement de tous les instants. Jusqu'au jour où Kate reçoit un album de photos... La jeune femme prend peur : qui est cette inconnue? Que lui veut-elle ?

BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR

Né à New York en 1955, Douglas Kennedy a été dramaturge et journaliste. Il a écrit trois récits de voyages remarqués, mais c'est un polar, Cul-de-sac, qui va le révéler, bientôt suivi de L'homme qui voulait vivre sa vie (1998), traduit en une quinzaine de langues et adapté au cinéma.

Ses romans suivants, Les désarrois de Ned Allen, La poursuite du bonheur, Rien ne va plus et Une relation dangereuse ont également connu un immense succès. Vinrent ensuite Les charmes discrets de la vie conjugale en 2005, suivis de La femme du Ve (2007). En 2008, les éditions Belfond ressortent le mythique Cul-de-sac dans une nouvelle traduction. Quitter le monde vient de paraître chez le même éditeur. Douglas Kennedy vit actuellement entre Londres, Berlin et Paris.

AVIS PERSONNEL

Ce roman est tout simplement magnifique. Il fait partie de mes romans préférés.

Un beau portrait de femme avec Sara, un regard sur une période sombre de l'histoire des USA des années 50 : la lutte anti-communiste.

Les personnages de Kennedy ont une âme, une véritable épaisseur et certains passages sont poignants (attention aux larmes !). Les questions abordées dans ce roman ne sont pas non plus anodines : doit-on laisser parler son cœur ou sa tête ? Doit-on toujours payer pour ses erreurs ? A-t-on toujours le choix ?